Cristiano Ronaldo sa carrière en 3 articles – 1/3

Professionnel depuis qu’il a trois poils au menton, Cr7 a raflé tous les trophées possibles en club à Manchester United comme au Real et toutes les distinctions personnelles imaginables. Il vient même d’ouvrir son palmarès avec la sélection portugaise.

A quoi peut-il donc rêver aujourd’hui ? A gagner, encore et toujours. A marquer, encore et toujours plus. Le credo d’une carrière.

À Madère, une île au large de l’espoir

C’est donc là-bas sur l’île de Madère, dans l’océan Atlantique, à l’ouest du Maroc, qu’est né Cristiano Ronaldo dos Santos Aveiro, de son nom complet, fils de Maria Dolores dos Santos Aveiro et de José Dinis Aveiro. C’est là-bas à Funchal, le chef-lieu, qu’il a poussé ses premiers cris et aussi, presqu’en même temps, ses premiers ballons. C’est là-bas dans le quartier populaire de Santo Antonio qu’il s’est initié au foot de rue. « C’était le ballon tout le temps, se souvient sa mère. Il ne pensait et ne vivait que pour ça. » Le père confirme : « C’était comme ça depuis qu’il était tout petit. Il ne voyait que la balle devant lui. » À huit ans, du coup, on décide de l’inscrire en club. Le choix n’est pas compliqué. Papa est employé comme intendant au FC Andorinha, donc il ira au FC Andorinha. Avant, un peu plus tard de rejoindre l’un des deux grands clubs de l’île : le Nacional Madère. Le souvenir qu’il a laissé à ses éducateurs de l’époque ? « Celui d’un gentil garçon, pétri de qualités. Si on l’avait laissé faire, il aurait feinté tous ses adversaires d’un bout à l’autre du terrain pour aller marquer. Il était vraiment au-dessus. » L’exposition que lui offre le Nacional lui vaut rapidement de susciter l’intérêt bien au-delà de l’île.
Ce suivent de près ce très jeune talent en herbe.

Finalement, c’est le Sporting du Portugal, dont le réputé centre de formation a notamment révélé des perles comme Luis Figo ou Paolo Futre, qui attrape le prodige annoncé. Moyennant 450 000 escudos (un peu plus de 2 200 euros), Cristiano Ronaldo traverse un petit bout d’Atlantique et vient se poser dans la capitale. Le môme n’a que 11 ans et le grand saut vers l’inconnu manque de se transformer en violent crash.

À Lisbonne, d’abord des larmes, des sourires ensuite…

Rien n’est simple, lors de son arrivée à Lisbonne. Celui que l’on surnomme Abelhinha (Petite Abeille) à cause de sa taille, de son allure chétive et de cette manière de courir en mini foulées zigzagantes est complètement paumé. Sur son île, il a laissé parents, frères, soeurs et potes. Il se sent perdu loin des siens, mal assuré, victime, surtout, des moqueries des gamins du centre qui raillent l’accent de “campagnard” de l’ilien. Gros coup de blues. Il a alors failli carrément tout laisser tomber comme il l’a expliqué dans le livre “Moments – Cristiano Ronaldo”. « Dès que j’ouvrais la bouche, les autres enfants se mettaient à rire. J’avais l’impression d’être un clown. J’étais traumatisé. J’en pleurais de honte. J’ai fini par téléphoner à ma mère pour lui dire que je ne supportais plus d’être ainsi ridiculisé et que je voulais rentrer à la maison. Elle m’a répondu de ne pas faire attention à ce que les autres pouvaient raconter, de ne pas lâcher, de m’accrocher. Elle et ma famille ont trouvé les mots pour me donner la volonté de continuer. » Marie Dolores va faire bien davantage encore.

Elle se rend à Lisbonne pour passer quelque temps auprès de son fils afin de le chaperonner et de le soutenir. Pari gagnant. Quatre ans plus tard, tout a changé pour Ronaldo. Il a tenu et mûri. Il a grandi aussi, bien sûr, à l’adolescence. Il a pris du coffre également. « À 14, 15 ans, rigole-til, je n’étais pas très épais. Et je pensais qu’en m’entraînant sur les appareils de la salle de gym de l’Académie, je renforcerai plus rapidement ma musculature. Alors, avec deux copains, on avait pris l’habitude, dès qu’il faisait nuit, de faire le mur et de grimper sur le toit pour accéder incognito à la salle de gym. Et, là, on soulevait des poids, on courait sur les tapis roulants, on s’en donnait à coeur joie… Le hic, c’est qu’on a fini par être repéré et dénoncé. Résultat, la pièce a été verrouillé et on nous a interdit d’y retourner. » Qu’il paraît, en tout cas, loin le temps où le jeune Cristiano était prêt à capituler et à rendre les armes. Il a 16 ans maintenant et il va, pour la première fois, s’entraîner avec les pros.

Le voilà qui s’apprête à toucher son rêve. Parce que le foot est sa passion suprême et que c’est un ballon collé au pied qu’il entend tracer le sillon de sa vie. Même si, le gamin est plutôt doué pour le sport en général. Comme un poisson dans l’eau, normal pour un gars des îles, fan d’athlétisme également et vraie terreur au ping-pong. Raquette en main et petite balle au bout des doigts, il impressionne même l’entraîneur de l’équipe de tennis de table du Sporting qui insiste et insiste pour l’enrôler. « Il disait que j’avais tout pour devenir un très bon pongiste. À plusieurs reprises, il a cherché à me convaincre mais j’ai toujours refusé. Il s’agissait pour moi d’un loisir, pas d’un sport dont je ferais mon métier. C’est footballeur professionnel que je voulais devenir. » C’est pour bientôt…

Un monstre sort du ventre du Sporting

Il a donc 16 ans et, ça y est, il vient d’être convoqué pour son premier training live avec les pros par le coach de l’époque, un certain Lazlo Bölöni. Cristiano se souvient de ce moment forcément inoubliable. « En rentrant un matin de l’école, l’entraîneur de l’équipe B m’a dit de me préparer pour aller avec les A, l’après-midi. J’étais comme un fou. Mon premier réflexe a été de me jeter sur le téléphone pour annoncer la nouvelle à ma mère. Puis je suis allé chercher mes chaussures dans les vestiaires. J’étais très heureux mais, d’un coup, j’ai aussi senti monter la pression. J’ai compté, angoissé, les minutes et les secondes jusqu’à 16h30. J’avais un peu peur, quoi. » Normal, ce n’est qu’un gosse qui s’apprête à entrer dans la cage aux fauves. Et puis, il va retrouver des gars pour qui il jouait les ramasseurs de balles quelques mois plus tôt, pour cinq euros mais surtout pour le plaisir de les approcher, à l’occasion des rencontres à domicile. Comme Beto ou Afonso Martins qui, sympa, lui avait donné une paire de crampons après un match. Forcément, tout cela tourne dans sa tête. Comme un film en accéléré. « Mais, finalement, ça a été. La séance s’est déroulée normalement. Même si, sur le moment, j’ai eu le sentiment que j’aurais pu faire beaucoup mieux… » Bölöni, qui ne veut pas griller sa jeune pépite, y va pianissimo avec lui.

Il continue à l’appeler pour s’entraîner avec les A. Bientôt, il y a les premiers matches amicaux… Et puis, enfin, le 29 septembre 2002, la première rencontre de championnat du Portugal contre Moreirense, une prems’ que le diablotin transforme en triomphe en signant un doublé. Lors de cette saison 2002-2003, il va disputer 25 rencontres de championnat et marquer trois buts, plus deux buts en trois matches de Coupe du Portugal. Il effectue également ses débuts en Ligue des champions contre l’Inter Milan. Lazlo Bölöni se mouille alors à propos de son prodige. « Bien sûr, Cristiano n’est évidemment pas encore arrivé à maturité mais il possède une extraordinaire marge de progression qui devrait lui permettre de rapidement rejoindre l’élite mondiale. Le bon Dieu lui a tout donné. » Et d’affiner son pronostic : « S’il sait rester modeste comme Luis Figo, je le vois bien devenir le plus grand joueur portugais de tous les temps. » Visionnaire le Roumain ? Pour ce qui concerne la modestie du personnage, bon, heu, disons que l’avenir ne sera pas son meilleur avocat. Pour le reste, en revanche… Eusebio, Figo et consorts, vous pouvez commencer à trembler. Un monstre est en train de sortir du ventre du Sporting. Mais, et ça peu de monde le sait à ce moment, le monstre est déjà sur le départ.

A propos de l'auteur Magali Nis

Magalie Nis, spécialisée dans le web-marketing, a édité de nombreux articles de sport, de mode féminine et masculine depuis 2012. Elle travaille également dans le milieu du Luxe depuis plus de 15 ans et gère dans le même temps la publicité du site Euro2foot.

Suivez moi sur :