Alexandre Lacazette de retour parmi les bleus

Absent du groupe de Deschamps depuis quelques temps, Alexandre Lacazette vient d’être sélectionné dans le groupe qui pourrait disputer les 3 derniers matches de l’Equipe de France avant la trève estivale. Retour sur les débuts du Gone.

Né à lyon, formé à l’Olympique Lyonnais et buteur en chef du stade parc OL, il est le symbole d’un club et peut-être l’avenir du foot français au poste de 9. On peut remettre en cause certaines de ses déclarations, quelques-uns de ses choix, mais quand il parle d’attaquant, voire de buteur, on est quand même obligé d’écouter un peu Bernard Lacombe. Quand les hommes qui ont dépassé les 300 buts en carrière parlent, forcément, on écoute. C’était lors de la saison 2010-2011, derrière une vitre du centre de Tola-Vologe. L’OL n’avait pas encore déménagé au Groupama Training Center, mais l’OL avait déjà trouvé sa pépite. Et Bernard disait : « Parmi les jeunes du centre de formation, le plus près des pros, c’est Alexandre. Il me fait un peu penser à Sylvain Wiltord. Dans ses enchaînements comme dans ses prises de balle. Et puis, il sent le jeu, il a une vraie science des appels. » Sur ce couplà, le conseiller du Président Aulas a vu juste. Devant nous, une silhouette pas très grande, plutôt joufflue et des dreadlocks imposantes griffaient la pelouse au milieu des pros.

Alexandre Lacazette faisait ses premiers pas dans le monde des grands Gones. Étiqueté très vite pépite du centre de formation, il aurait pu avoir peur. Et du statut, et de la succession de Karim Benzema, l’illustre aîné parti au Real Madrid peu de temps auparavant. Mais il griffait la pelouse avec une implication et une concentration qui pouvaient faire penser le contraire.

Alexandre Lacazette, ses pépins musculaires

Cinq ans ont passé. Les locks sont tombées, le profil s’est (très) légèrement affiné mais le garçon prend encore plus de place. Lacazette à l’OL, c’est malgré lui (il en a souffert, et en a même voulu à Aulas lorsque JMA a étalé les chiffres de sa prolongation dans la presse) le plus gros salaire et le gros plus devant. Point de fixation, joueur de contre ou d’attaques placées. Vrai buteur, mental d’acier, comme en témoigne son taux de réussite sur les pénaltys. Meilleur buteur de Ligue 1 en 2015, c’est lui et personne d’autre qui s’est permis le luxe de bâcher Zlatan Ibrahimovic de la plus haute marche du classement cette saison-là. Et même si le Suédois avait manqué quelques semaines de compétition à cause d’une foutue talalgie dont on avait découvert et le mot et la signification pour l’occasion, Alexandre Lacazette était devenu Alexandre le Grand : 27 buts et 8 passes décisives en 33 matches de championnat.

Il lui reste une dernière étape à franchir : venir à bout de ses pépins musculaires qui lui pourrissent la vie trop souvent, et qui l’ont encore mis dans le coton en septembre. S’il y parvient et qu’il garde sa fraîcheur mentale, il peut encore prétendre à plus. Et voir plus haut en vue des prochaines étapes du calendrier de la Coupe du Monde 2018.

A propos de l'auteur Magali Nis

Magalie Nis, spécialisée dans le web-marketing, a édité de nombreux articles de sport, de mode féminine et masculine depuis 2012. Elle travaille également dans le milieu du Luxe depuis plus de 15 ans et gère dans le même temps la publicité du site Euro2foot.

Suivez moi sur :